Rubâi’yât

Ouvrage

8,50

Djâlâl-od-Dîn Rûmî – Spiritualités vivantes chez Albin Michel.

Le fondateur de l’ordre des derviches tourneurs cherche à mettre l’homme au diapason du cosmos. Le soufi danse et la musique ne fait que réveiller les mystères du coeur !

1 en stock

Ajouter à ma liste de souhaits

Description

Recueil de quatrains sur l’expérience mystique, qui évoque le parcours de l’âme à la recherche de l’absolu. C’est en nous-mêmes et non ailleurs que nous découvrirons ce secret : c’est en nous et nulle part ailleurs que se trouve le secret caché. Voilà un point très important de la psychologie transcendante de Rûmî, infiniment sensible à la distance entre le petit”moi” de la vie quotidienne et le “Soi” divin. Cette vision du monde et des choses est exposée avec une très grande richesse d’aperçus et de commentaires tant exotériques qu’ésotériques.

Informations complémentaires

Poids 0,27 kg

Auteur

DJALÂL-OD-DÎN Rûmî

Né à Balkh (Afghanistan) le 30/09/1207 et mort à Konya (Turquie) le 17/12/1273, Djalāl ad-Dīn Muḥammad Balkhi ou Rûmî ou Mowlânâ est un mystique musulman persan qui a profondément influencé le soufisme. Il reçut très tôt le surnom de khodâvendegâr, ou mawlânâ khodâvendegâr ou mevlânâ, qui signifie "notre maître". Son nom est intimement lié à l'ordre des "derviches tourneurs" ou mevlevis, une des principales confréries soufies de l'islam, qu'il fonda dans la ville de Konya en Turquie. Originaire de la ville de Balkh, dans l'actuel Afghanistan, Rûmî est le fils d'un théologien et maître soufi réputé : Bahâ od Dîn Wahad (1148-1231). En 1219, Rûmî fuit avec sa famille devant l'arrivée des Mongols de 1220-1222 en Asie centrale. Il accomplit le pèlerinage musulman à La Mecque, puis se rendit à Nishâpûr où il rencontra Farid od Dîn 'Attâr qui lui offre son Livre des Secrets. La famille se fixe en Arzanjân, en Arménie, puis à Lâranda (actuelle Karaman) non loin de Konya, capitale des Seldjoukides du Sultanat de Roum, d'où son surnom de Roumi (Romain, Byzantin, Anatolien). En 1227, un disciple de son père le rejoignit et devint son maître spirituel pendant neuf ans avant qu'il n'envoie Rûmî étudier en Alep et à Damas. Rûmî ne revint qu'en 1240 à Konya où il se mit à enseigner la loi canonique. Quand Shams ed Dîn Tabrîzî arrive à Konya le 29 novembre 1244, il n'est qu'un derviche errant membre de la secte des Assassins d'Hassan ibn al-Sabbah. Il a composé un livre de maqâmât. Il existe plusieurs versions hagiographiques de sa rencontre avec Rûmî. Elles se résument en un moment d'exception où Shams apparaît comme le maître spirituel tant attendu de Rûmï. Ce dernier se voue immédiatement à l'enseignement de son maître et sa vie prend un tournant essentiel. Il consacrera plus tard un ouvrage entier de ghazal à Shams : les Odes mystiques (Diwân-e Shams-e Tabrîzî ou Diwân-i Kabir). Shams fut assassiné en 1247. Ce fut Husâm od Dîn Chelebî qui succéda au titre de maître des disciples. Il fut l'instigateur de la rédaction du grand traité de Rûmî : le Masnavî. En plus des 25618 distiques du Masnavî et des 40 000 vers du Diwân, Rûmî a composé environ 3500 ghazals (odes), 2000 ruba'is (quatrains), 147 lettres Maktûbât, un traité en prose (Fîhi-mâ-fihî) et des recueils de prédications (Madjâlis-e Sab'ah) et d'interprétations des rêves (Khâbnâma). Babelio
UGS 9782226063533 Catégories , Éditeur
Nombre de pages :
Date de parution :
ISBN : 9782226063533
Poids : 0.27 kg

Ouvrages apparentés

Recevez cette superbe lampe de lecture à LED

Dès 100€

de commande

6 niveaux de luminosité
Rechargeable par port USB
Avec clips
Valeur 12 euros