Le Dominicain Blanc

Ouvrage

19,20

Gustav Meyrink – Editions du Rocher – 

Allumeur de réverbères n’est pas un métier méprisable. C’est grâce à lui que l’ancêtre du baron von Jöcher a été annobli. et depuis, ses descendants ont continué à apporter la lumière au coeur de la nuit des hommes…

Rupture de stock

Me prévenir si cette référence est à nouveau disponible

Description

Mais lorsque le onzième baron von Jöcher se voit devenir vieux et, depuis que sa femme l’a quitté, sans espoir d’avoir des enfants à qui transmettre les secrets de sa famille et ceux de l’Ordre rituel auquel tous ses aïeux ont appartenu, il décide d’adopter un jeune garçon prénommé Christophe… parce que Christophe était le prénom de l’Ancêtre.

Sa rencontre avec le baron marquera pour Christophe le début de son éveil à la vie de la conscience : tout comme sa rencontre avec la si belle Ophélie marque pour lui l’éveil de la vie du coeur et des sens. Mais Christophe n’est pas un garçon comme les autres : une nuit, aux lisières du rêve et du sur-réel, il a rencontré la forme spectrale du Dominicain blanc qui l’a entendu en confession et lui a remis tous ses péchés – tous : ceux qu’il a déjà commis, mais également, tous ceux qu’ils pourrait commettre à l’avenir.

Informations complémentaires

Poids 0,352 kg

Auteur

MEYRINK Gustav

Né à Vienne le 19/01/1868 et mort à Starnberg le 04/12/1932, Gustav Meyrink, connu aussi sous le nom de Meier, est un écrivain autrichien. Il était le fils illégitime du baron et ministre Karl von Varnbüler et de l'actrice Maria Wilhelmina Adelheyd Meier. Meyrink vécut à Munich jusqu'à l'âge de 13 ans. Il y accomplit son école primaire. Il habita ensuite Hambourg pendant une courte période. En 1883, sa mère se rendit à Prague. Meyrink a habité à Prague pendant vingt ans et l'a souvent dépeint dans ses œuvres. Prague n'apparaît pas comme décor, mais comme personnage, notamment dans les romans Le Golem et La nuit de Walpurgis. À Prague se serait produit un événement qui aurait joué un rôle providentiel dans la vie de Meyrink. L'auteur l'a décrit dans une nouvelle autobiographique, Le pilote. En 1892, après avoir hésité à se suicider, il commença à étudier la littérature occulte. Il étudia la théosophie, la Kabbale, la sophiologie chrétienne et le mysticisme oriental, qu'il essaya de pratiquer. Jusqu'à sa mort Meyrink a pratiqué le yoga. En 1889, avec le neveu du poète chrétien Morgenstern, Meyrink a fondé sa propre banque, appelée "Meier et Morgenstern". En 1902 Meyrink fut accusé de fraude dans la conduite de ses affaires bancaires. Il resta deux mois en prison, avant d'être disculpé et lavé de tout soupçons. Mais il choisit malgré tout d'arrêter sa carrière de banquier. Ses expériences en prison sont décrites dans son roman le plus célèbre, Le Golem (1915). Le roman fut un succès énorme, il fut souvent réédité, et fit l'objet de deux adaptations cinématographiques. L'année suivante, il rédigea son troisième roman, La nuit de Walpurgis. Les affaires de Meyrink s'améliorant, il acheta une villa à Starnberg, qu'il appela la Maison de la dernière lanterne d'après le nom de la maison du Golem. C'est là que lui et sa famille vécurent pendant les huit années à venir, au cours desquelles il écrivit deux autres romans: Le dominicain blanc et sa dernière œuvre, centrée sur l'alchimiste John Dee, L'ange à la fenêtre d'Occident, en 1927. Babelio
Meyrink Gustav
UGS 9782268051239 Catégorie Éditeur
Nombre de pages :
Date de parution :
ISBN : 9782268051239
Poids : 0.352 kg

Ouvrages apparentés

Recevez cette superbe lampe de lecture à LED

Dès 100€

de commande

6 niveaux de luminosité
Rechargeable par port USB
Avec clips
Valeur 12 euros